Williams : 40 ans d’histoires inoubliables

Il y a 40 ans, Patrick Head et Franck Williams décidèrent de créer leur propre écurie, Williams Grand Prix Engineering, qui allait devenir une des écuries les plus prestigieuse de la Formule 1. Retour sur les événements qui ont marqué les 4 premières décennies de l’écurie aux 114 victoires.

  • 1977 : GP d’Espagne : la première course

Après diverses mésaventures aux débuts des années 70, l’écurie Williams que nous connaissons actuellement est fondée en 1977 dans un atelier à Oxford. Mais par manque de temps, l’équipe n’a pas la possibilité de créer sa propre voiture pour la saison 1977. Williams va donc utiliser un chassis modifié de March 761 piloté par le belge Patrick Neve. Le Belge finira 12ème à 5 tours de Mario Andretti, vainqueur du jour au volant de sa Lotus 78… La saison 1977 sera une saison d’attente pour Williams qui travaille sur son propre chassis pour 1978.

Premiere course en Espagne 1977

 

  • 1978 : GP d’Argentine : première course avec un chassis Williams

Pour la saison 1978, Williams a produit sa propre voiture – la FW06 conçue par Patrick Head (appelée ainsi parce que les voitures précédentes de Frank Williams commençaient déjà par «FW»). L’Australien Alan Jones, victorieux d’un Grand Prix avec Shadow l’année précédente, a été recruté pour piloter cette voiture.  Il se classe 14e en Argentine avant de se retirer suite à un problème du système d’alimentation. Les résultats s’améliorent rapidement: deux courses plus tard en Afrique du Sud, Jones signe une belle quatrième place, et à la fin de la saison, il monte sur le podium aux États-Unis.  Les ambitions de victoire commencent à grandir chez Williams.

Premiere course avec une voiture 100% Williams

 

  • 1979 : La première victoire !

Moins de 2 ans après la création de l’écurie, Williams est déjà une des écuries les plus performantes du plateau. Au Grand Prix de Silverstone 1979, Alan Jones part en tete alors que son équipier chez Williams, Clay Regazzoni part 4ème. La victoire semble promise pour Alan Jones qui fait course en tete. Mais au 38ème tour, une fuite d’eau vient ruiner tous ses espoirs. Clay Regazonni, qui s’était alors débarrassé de ses concurrents se voit offrir une victoire royale. Et pas des moindres puisqu’il s’agit d’une victoire à domicile pour Williams. Patrick Head et Frank Williams commencent à rêver de titre.

Première victoire – GP d’Anglette 1979

 

  • Meilleur tour de qualification : Keke Rosberg, Silverstone 1985

Williams a eu dans ses rangs certains des meilleurs pilotes au monde. Un pilote, Keke Rosberg, a animé la saison 1985 avec ses tours de qualification extraordinaires, battant deux fois d’affilée le record de la piste, avec une moyenne de 258km/h.

 

  • Tour le plus rapide de l’histoire : Montoya, Italie 2004

Il a fallu 17 ans pour que le tour le plus rapide de l’histoire, réalisé par Keke Rosberg à Silverstone soit battu – et de manière appropriée, par un autre pilote de Williams : Juan Pablo Montoya, particulièrement spectaculaire, qui a signé à Monza un tour à 259.74 km/h de moyenne. Deux ans plus tard, le Colombien améliora encore le record sur la piste italienne, en passant à 262.16 km/h (voir ci-dessous). Ce tour reste le tour le plus rapide de l’histoire F1 et sera difficile à battre avec la baisse de puissance moteur décidée en F1 depuis plusieurs années.

Tour le plus rapide de l'histoire de la F1


 

  • Meilleur arret au stand : GP d’Europe 2016

Depuis plusieurs années, Williams est réputée pour sa rapidité lors des arrêts aux stands. Une réputation méritée puisque Williams a réalisé 14 des 21 meilleurs arrets au stands en 2016, avec un record à Bakou, en 1.92 secondes. L’arrêt le plus rapide de toute l’histoire de la formule 1 !

Arret au stand le plus rapide de l'histoire

  • Plus grand nombre de victoire avec Williams : Nigel Mansell

16 pilotes différents se sont retrouvés sur la première marche du podium avec Williams, mais personne ne l’a fait plus que Nigel Mansell, qui a remporté sa première course pour l’équipe en 1985 et sa dernière en 1994.

Plus grand nombre de victoires : Nigel Mansell
  • Dernière victoire : Pastor Maldonado, GP d’Espagne 2012

Après avoir signé une pole position surprise le samedi (aidé par la rétrogradation de Lewis Hamilton pour avoir échoué à fournir un échantillon de carburant), Pastor Maldonado a étonné le paddock en signant une victoire surprise en course, en absorbant fièrement la pression incroyable du favori Fernando Alonso. Il offre à l’équipe de Grove sa première victoire en plus de sept ans.Malheureusement, les célébrations ont été interrompues lorsqu’un feu a englouti leur garage  après la course. Williams n’a pas gagné depuis.

 

  • Saison la plus dominée : 1996

En 1996, Williams a remporté 12 des 16 courses du calendrier permettant aux pilotes Damon Hill et Jacques Villeneuve de terminer champion et vice-champion du monde. La FW18 motorisée par Renault s’est avéré si dominante que, à la fin de la saison, Williams avait plus de 100 points d’avance sur ses principaux rivaux. Un exploit incroyable quand on se souvient du barème de point de l’époque.

Saison la plus dominée : 1996

 

  • La meilleure voiture : FW14B

Toujours considérée comme l’une des machines de course les plus avancées jamais construites, le FW14B était l’incarnation de l’incroyable poursuite de la suprématie technique de Williams. Conçue sous l’œil vigilant de Patrick Head et Adrian Newey, elle était équipée de technologies de pointe, comprenant le contrôle de traction, les freins antiblocage, la suspension active et une boîte de vitesses semi-automatique. Armé de bete de course, Nigel Mansell – dont le style de pilotage était parfaitement adapté pour cette voiture – a remporté 9 des 16 courses en 1992, ainsi que le championnat des pilotes, et a offert à l’équipe sa cinquième couronne constructeur.

Voiture la plus emblématique : FW14B
  • Nombre de titres pilotes : 7

Sept titres de pilotes est un excellent résultat en soi, mais Williams aurait pu avoir encore bien plus. Carlos Reutemann est passé à un point de la couronne en 1981 après une course finale décevante à Las Vegas, alors que Nigel Mansell et Nelson Piquet ont tous deux offert le titre à Alain Prost en 1986 en Adélaïde à cause d’un problème de pneumatique. Et qui peut oublier le conflit avec Michael Schumacher sur ce même circuit qui a empêché Damon Hill d’obtenir le titre en 1994?

7 titres pilotes pour Williams maglré un potentiel beaucoup plus grand

 

Plus grande avance à l’arrivée

Après l’accident très embarrassant de son équipier David Coulthard qui s’est crashé en entrant au stand, Damon Hill a empoché la victoire à Adelaide, finissant avec 2 tours d’avance sur Olivier Panis, deuxième. C’est aujourd’hui une des plus grandes avance à l’arrivée d’un GP dans l’histoire de la F1.

Victoire avec la plus grande avance – Damon Hill, Australie 1995

 

Meilleur débutant : Jacques Villeneuve, Australie 1996

Après avoir battu son coéquipier Damon Hill pour obtenir la pole position- devenant le premier pilote depuis Carlos Reutemann en 1972 à partir de la pole pour son premier GP – Jacques Villeneuve a ensuite démontré tout son talent en course avant d’etre forcé à ralentir en raison d’une fuite d’huile. Il finira deuxième de la course, et sera une menace pour le titre toute la saison, finalement remportée par Hill. La saison 1996 de Villeneuve reste aujourd’hui une des plus belles performances pour la première saison d’un pilote.

Damon Hill et Jacques Villeneuve en lutte lors du GP d'Australie 1996

 

Le plus beau dépassement : Piquet sur Senna

Considéré comme l’un des plus beaux dépassements de l’histoire de la F1, le dépassement par l’extérieur de Nelson Piquet sur la Lotus Ayrton Senna, est un des symboles forts de la lutte entre ces deux pilotes et entre Williams et Lotus.

Dépassement de Piquet sur Senna - Hongrie 1986


 

Nombre de partenaires moteurs

Les Wiliams ont été motorisées par 10 motoristes différents depuis 1977, leur partenariat avec Renault restant le plus fructueux. Il reste à gagner avec le moteur Mercedes. Meme si une victoire semble difficile pour Williams en 2017, le podium de Lance Stroll à Bakou laisse une lueur d’espoir pour l’écurie anglaise. Est-ce que Lance Stroll ou Felipe Massa succédera à Pastor Maldonado pour apporter à Williams la victoire tant attendue depuis 2012 ?

Crédits à Formula1.com pour les illustrations / vidéos.