Comment Ferrari a amélioré la gestion des ses pneumatiques

Une des raisons qui explique le retour de Ferrari aux avant-postes en 2017 est sans aucun doute une gestion améliorée des pneumatiques. L’équipe italienne a effectué de nombreux tests avec Pirelli l’an dernier, et ses efforts se traduisent aujourd’hui en piste. Ferrari est certainement l’équipe qui arrive à faire fonctionner les pneumatiques Pirelli au mieux, et qui arrive à rester dans la fenêtre d’utilisation des gommes le plus longtemps.

Ferrari ne s’est pas contentée d’effectuer uniquement des tests en piste. L’architecture de la voiture ainsi que le poste de pilotage ont été modifiés sur la SF70H afin de permettre au pilote de gérer au mieux ses gommes.

« Grip Control » au volant

Sur les anciennes versions de la monoplace Ferrari, les molettes « Grip Control » ou « contrôle de traction » étaient situées sur la gauche du cockpit, et donc assez difficilement accessible sauf lors de longues lignes droites. On peut d’ailleurs remarquer sur les caméras embarquées des années précédentes, que les pilotes Ferrari ne bougeaient ces molettes qu’une dizaine de fois sur toute la course.

Position des molettes « Grip Control » sur les anciennes monoplaces

Ferrari a décidé de modifier la position de ces molettes pour la voiture de 2017 et les a intégré directement sur le volant. Positionner ces molettes sur le volant montre l’importance qu’a accordé Ferrari à la gestion des pneumatiques.

La molette « Grip » propose 12 préréglages qui vont influencer sur deux caractéristiques : le couple transmis aux roues et l’équilibre avant/arrière. Sur un circuit avec de gros freinages par exemple, il est important que les pneus avants ne supportent pas toute la charge, surtout quand le réservoir est plein, afin d’éviter une trop forte différence de température entre les pneus avants et les pneus arrières, et pour éviter de détruire les pneus avants en quelques tours.

Volant 2017 avec la molette « grip » sur la gauche

La molette « grip » est aussi utilisée lors du départ pour donner la meilleure adhérence possible, puisque les ingénieurs n’ont plus le droit d’aider le pilote à régler sa voiture pour le départ. Un bouton avec des préréglages est en effet la meilleure solution.

Palettes de changement de vitesse raccourcies

Le changement de vitesse est essentiel dans les voitures de courses et encore plus en F1. Avoir des palettes au volant plus sensibles permettent au pilote de mieux ressentir sa voiture et de mieux réagir en cas de besoin. C’est pourquoi Ferrari a introduit un nouveau système de palettes au volant, inspiré du modèle Mercedes, sur la voiture de Sébastian Vettel.

Nouveau volant de Sébastian Vettel avec palettes courtes

Kimi Raikkonen a préféré garder l’ancien modèle, moins réactif mais plus souple.

Volant de Kimi Raikkonen avec un grand angle aux palettes

Ces changements sur la Ferrari SF70H semblent certes mineurs, mais ils apportent aux pilotes un meilleur contrôle de leur monoplace et de leurs pneumatiques. Est-ce que ces améliorations seront suffisantes pour permettre à Ferrari de battre Mercedes ?