Les 4 choses à retenir des 2 premiers GP de 2016

Ces deux premiers GP nous ont réservé quelques surprises. Mais il y a 4 points que je retiens de ce début de saison 2016 :

Les règles tuent les qualifications

Le problème est assez simple mais est devenu impossible à résoudre car deux parties s’opposent. La FOM et le public veulent que les voitures soient en piste un maximum. Mais la FIA empêche les pilotes d’aller en piste puisque le nombre de pneus est limité. Les pneus ultra-tendres se dégradent tellement rapidement (à la demande de la FIA) qu’il est impossible de tenter 2 tours rapides avec les mêmes pneus, sous peine de voir son premier relais en course réduit à moins de 10 tours. Puisqu’il faut utiliser les mêmes pneus en course qu’en qualification, les pilotes préfèrent l’économie à une meilleure place sur la grille : Vettel avait le temps de faire 2 tours à Bahreïn mais a préféré rentrer au stand pour éviter de détruire ses pneus.
On se retrouve donc avec des pilotes qui doivent aller le plus vite possible mais seulement sur un seul tour, ce qui rend inutile le principe de laisser 10 minutes pour se qualifier.

Pneus Pirelli 2016
Pneus Pirelli 2016

Pour enfoncer le clou, les moteurs sont conçus pour l’endurance (5GP par moteur) et non la performance, les équipes préfèrent éviter de les faire tourner à fond trop longtemps, ce qui est absolument contraire au principe de la F1 et de la performance.
Il reste donc quelques solutions :

– Allouer une voiture spéciale pour la qualification (pneus et moteurs réservés à la qualification) mais le coût est trop élevé pour les petites équipes.
– Allouer des pneus uniquement pour la qualification (mais ça n’empêchera pas les équipes d’économiser leurs moteurs)
– Faire un seul tour rapide chacun son tour, ce qui permettrait d’économiser les pneus et le moteur mais ce n’est pas équitable si les conditions de piste changent.
– Organiser une mini course le samedi dont l’ordre d’arrivée déterminerai la grille de départ.
– …

Bref, les qualifications de ce début de saison sont mauvaises parce que les pilotes ont toujours en tête l’idée d’économiser leurs pneus et leur moteur pour la course, ce qui les empêche de se battre, et donc diminue le spectacle.

Ferrari : plus rapide mais moins solide

Comme je l’avais indiqué dans mon article précédent, Ferrari a retravaillé en profondeur son moteur et l’architecture complète de sa voiture. Et niveau performance, le résultat a payé. La voiture est rapide dans tous les domaines.
Mais Ferrari semble coincée dans les travers qui lui ont déjà couté des victoires (et des titres) en faisant de nombreuses petites erreurs évitables qui viennent détruire leur course. Des erreurs aussi bien stratégiques à Melbourne que techniques à Bahreïn : mauvais réglage électronique qui casse le moteur de Vettel. Ces erreurs sont une catastrophe pour Ferrari car en ce début de saison, la Scuderia avait l’occasion de suivre (battre ?) Mercedes à la régulière en profitant des difficultés au départ des flèches d’argent.

Vettel à l’arrêt à Bahrein
Vettel à l’arrêt à Bahrein

Mais au final, Ferrari, qui est largement la deuxième meilleure voiture du plateau, se retrouve déjà à 50 points de Mercedes après 2 courses, et surtout, les deux pilotes Ferrari pointent aux 4ème et 6ème rangs du championnat, derrière un pilote Haas et un pilote RedBull…

Il reste à espérer pour les fans et pour le championnat que Ferrari va arrêter ce genre d’erreurs « de débutants » et que Mercedes sera encore atteignable pendant encore quelques courses. Mais au niveau du championnat, ce début de saison est très mauvais pour la Scuderia.

Renault : Un retour difficile

Renault a été éclipsée en ce début de saison en grande partie à cause de performance très moyennes. En effet, même si Renault a terminé à la porte des points pour son premier GP, Bahreïn a déjà été bien plus difficile puisque Magnussen a été battu par Toro Rosso, Haas, RedBull, Williams, et McLaren. Et surtout, la Renault termine avec seulement quelque secondes d’avances sur la Sauber et la Manor. L’autre voiture n’a même pas terminé la course à cause d’un problème hydraulique.

Renault menacée par Sauber...
Renault menacée par Sauber…

On ne s’attendait pas à des miracles de Renault, mais les voir à la lutte avec les Sauber et les Manor donne une image assez mauvaise au constructeur français qui a déjà subi de nombreuses attaques l’an dernier.
Renault semble être disposée à investir pour revenir aux avant-postes, mais la tâche semble être insurmontable pour l’équipe française. Il a été admis que Renault travaillait déjà sur 2017 et sur la nouvelle réglementation mais les autres équipes y travaillent aussi. Et ces autres équipes travaillent sur une meilleure base que sur la Renault. Il reste donc à espérer que Renault trouvera l’éclair de génie lui permettant de sortir un excellent moteur et une bonne voiture, pour ne pas les voir dépérir d’ici quelques saisons.

Mercedes : rapide mais pas invincible

Autant le dire tout de suite, Mercedes a conservé son avance sur les autres. Hamilton étant plus rapide de 0.5 à 0.8 secondes sur un tour qualificatif. Sur un tour lancé, la Mercedes est imbattable. Il est d’ailleurs très probable que Mercedes rafle toutes les pôles de la saison.
Et quand la voiture est devant, elle y reste. A Bahreïn, Rosberg a contrôlé son avance sur Ferrari avec une facilité déconcertante.

Les difficultés de Mercedes au départ
Les difficultés de Mercedes au départ

En revanche, Mercedes a conservé son point faible de l’an dernier, à savoir son mauvais comportement dans le trafic. En 2015, ce problème n’en était pas un car les deux Mercedes étaient toujours devant. En revanche en 2016, il semblerait que les flèches d’argent aient des difficultés au départ, et semblent enfin atteignables par Ferrari. Mais les erreurs répétées de Ferrari ainsi que la capacité de Mercedes à réagir font que Mercedes n’a pas de quoi être inquiétée.

Il ne fait aucun doute que Mercedes sera championne et qu’un pilote Mercedes sera champion du monde, mais le minuscule espoir de voir Ferrari passer les Mercedes au départ nous fera suivre les GP toute l’année.

Et vous, qu’avez vous retenu des ces 2 premiers GP ?

  • Denis

    Nous n’avons pas encore vu un vrai duel entre les deux pilotes Mercedes dont on ne sais pas comment il se terminera, le pire étant possible. Cela pourrait laisser des traces dans l’équipe jusqu’à la fin de la saison et pourrait devenir un handicap.
    Inversement Ferrari semble être avantagé par la bonne entente de ses deux pilotes.

    • Exact. Mais je pense que le duel chez Mercedes aura tendance à pousser les pilotes dans leurs retranchements. Et surtout, si Mercedes continue sur sa lancée, et s’assure le titre, elle laissera ses pilotes se battre.
      Kimi semble trop en retrait par rapport à Vettel et je ne pense pas qu’il soit un véritable adversaire pour Vettel. Les prochaines courses devraient le confirmer.